FAQ

Foire aux questions

Généralement, son goût est peu prononcé. Un peu comme le tofu, il prendra le goût des assaisonnements utilisés pour parfumer nos recettes. Certains disent que le ténébrion a un goût de noisette, particulièrement lorsqu’il est grillé. En farine, le ténébrion se marie bien au goût de la banane, des arachides et du gruau dans des gâteaux ou des biscuits. Il peut aussi très bien être apprêté dans des plats salés, particulièrement ceux à saveur asiatique ou indienne.

Quand il est grillé, on craque pour sa texture croustillante. Simplement assaisonné de sel et de fines herbes, il remplacera à merveille les croûtons sur une salade et donnera du crunch à un riz comme si vous l’aviez saupoudré de noix grillées. Intégré à des boulettes, il ajoutera un petit croquant agréable sous la dent. Frais (non grillé), sa texture se mariera imperceptiblement à celle de la viande. En poudre, dans un gâteau, sa texture peut faire penser à celle de la farine de sarrasin.

Selon un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, les insectes comestibles représentent une alternative durable à la viande conventionnelle. La demande mondiale en protéine animale devrait doubler d’ici 2050. Étant donné que la production de viande requiert beaucoup de nourriture, d’eau et d’espace en plus de générer d’importantes quantités de gaz à effet de serre, il est urgent de trouver des sources de protéines plus durables que celles issues des élevages conventionnels.

Les valeurs nutritives des insectes comme le ténébrion sont significativement plus élevées que la viande de boeuf, de porc et de poulet, comportant notamment neuf acides aminés essentiels en plus d’être une source importante de fibres et de vitamines et minéraux tels que le fer, le zinc, le calcium et la B12. Les ténébrions déshydratés contiennent 58% de protéines, tandis qu’une boulette de boeuf grillée contiendrait 45% de protéines en base sèche. Une plus petite quantité de ténébrions suffit ainsi à combler vos besoins en protéines.

Mais le plus important à retenir, c’est que les insectes ne sont pas qu’une source de protéines intéressante, ils sont aussi délicieux!

Si vous n’avez aucune allergie alimentaire, les risques que vous ayez une réaction allergique aux insectes sont minimes. Si toutefois vous êtes allergiques aux crustacés ou aux acariens présents dans la poussière, soyez prudents. La littérature médicale démontre qu’il peut y avoir des allergies croisées entre les crustacés ou les acariens et les ténébrions.

Si vous êtes végétarien pour des considérations environnementales, les insectes peuvent représenter un aliment intéressant pour vous étant donné leur faible empreinte écologique et leur forte valeur nutritionnelle. Par contre, les insectes sont des animaux. Si vous refusez d’introduire dans votre alimentation tout produit d’origine animale, les insectes ne sont peut-être pas pour vous.

Sachez cependant que les élevages et l’abattage des insectes sont plus éthiques que ceux des mammifères, de la volaille ou des poissons, notamment car même s’ils ont un système nerveux, on dit que les insectes ne ressentent pas la douleur puisqu’ils n’ont pas les récepteurs nécessaires (nocicepteurs).

Nos ténébrions mangent la même chose que vous! Enfin… presque.

On les nourrit de produits céréaliers et de fruits et légumes. Dans un souci d’économie circulaire, nous collectons des sous-produits agro-alimentaires frais, hygiéniques et traçables chez nos partenaires. Ensuite, nous les transformons (congélation, chauffage, déshydratation, broyage) pour s’assurer qu’ils soient sous une forme idéale pour l’alimentation des ténébrions. Nous travaillons en partenariat avec plusieurs producteurs alimentaires locaux dont la champignonnière urbaine Blanc de Gris, les jus Loop et la brasserie Harricana. À l’avant-garde des pratiques courantes dans d’autres élevages, nous minimisons l’utilisation des céréales et des moulées directement issues de la production agricole afin que plus de nourriture soit disponible pour la consommation humaine et déployons beaucoup d’effort en recherche et développement pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

En comparaison aux élevages traditionnels destinés à la production de viande, les insectes sont extrêmement efficaces pour convertir leurs aliments en protéines et en énergie. Avec 10 kg de grains, on peut produire jusqu’à 9 kg d’insectes mais seulement 1 kg de boeuf. Par ailleurs, leur élevage nécessite moins d’espace et consomme très peu d’eau.

Pour ces raisons, la substitution de la viande pour les insectes dans l’alimentation représente un potentiel écologique très intéressant. Ces bénéfices écologiques ont été confirmés par quelques études scientifiques (analyses de cycle de vie) réalisées en Europe et aux États-Unis. Pour produire 1 kg de boeuf, 2850 g de dioxyde de carbone et 114 g de méthane seront émis, tandis que la même quantité de ténébrions génère 7,5 g de dioxyde de carbone et 0,1 g de méthane.

Puisque nos insectes sont produits au Québec, avec un approvisionnement hydroélectrique à faible empreinte carbone, et qu’en plus ils sont nourris à partir de résidus organiques propres, les ténébrions de TriCycle seraient plus écologiques que d’autres insectes disponibles sur le marché.

Les insectes sont consommés depuis des siècles dans plusieurs pays du monde, représentant plus du quart de la population mondiale! À l’heure actuelle, plus de deux milliers d’espèces d’insectes sont reconnues comme étant comestibles pour l’humain, même si seulement une poignée d’entre eux sont connus chez nous. Parce qu’ils sont très nutritifs et savoureux et qu’ils ont une faible empreinte écologique, plusieurs spécialistes les positionnent comme une nouvelle tendance alimentaire forte.

Selon des sondages menés auprès de plus de 1500 Québécois et Canadiens, plus de la moitié d’entre nous avons déjà goûté aux insectes, et 60% de ceux qui ne l’ont pas encore fait seraient prêts à essayer. Le grand public considère que l’entomophagie est une pratique qui devrait croître au fil des ans. Après tout, le fonctionnement des écosystèmes dépend fortement des insectes présents tout au long de la chaîne alimentaire.

S’inspirer de la nature pour développer des systèmes alimentaires durables apparaît ainsi comme étant bien plus qu’une mode passagère, c’est une façon soutenable d’approvisionner nos sociétés!

Depuis quelques années, les spécialistes des tendances culinaires observent une hausse marquée de l’intérêt des consommateurs pour intégrer les insectes à leur alimentation. Les insectes représentent une opportunité unique de faire découvrir de nouvelles saveurs à vos clients.

D’ailleurs, les consommateurs québécois et canadiens ne maîtrisent pas encore l’art de cuisiner avec des insectes et préfèrent ainsi opter pour des produits transformés ou cuisinés qui en contiennent. Grâce à aux compétences culinaires des chefs, le public découvrira les plaisirs gastronomiques des insectes. Il s’empresseront ensuite de partager leur expérience unique à leurs proches ainsi que sur les médias sociaux, vous assurant ainsi un flot de visibilité et de nouveaux clients!

Besoin d'une idée de recettes?