hoto: Adil Boukind Le Devoir
Photo: Adil Boukind Le Devoir

TriCycle fait connaître le rôle des insectes comestibles en économie circulaire et donne une 3e vie aux aliments en les réintroduisant dans la chaîne alimentaire plutôt que de les composter, réduisant ainsi les émissions de GES.

Notre idée

Le contexte

Gaspillage Alimentaire

Au Canada, près de 60% de la nourriture est gaspillée et nos déchets génèrent 4,6% des gaz à effets de serre (GES).
Les solutions actuellement proposées, telles que le compostage et la biométhanisation, dégradent la valeur nutritionnelle des aliments et génèrent des sous-produits à faible valeur ajoutée. 

Parallèlement, et alors que la consommation mondiale de viande est appelée à doubler d’ici 2050, l’élevage d’animaux destiné à la consommation alimentaire émet 6,3% des GES. D’autant plus que la production de leur moulée pollue l’eau, appauvrit les sols et dégrade les écosystèmes. 

Les insectes: Un aliment du futur

Les insectes représentent une source de protéine durable tant pour la consommation humaine qu’animale, pouvant notamment entrer dans la composition des moulées pour la volaille et les poissons.

De plus, il est possible d’élever des insectes à partir de certains types de résidus alimentaires traçables. Les insectes convertissent également la nourriture en masse corporelle de façon bien plus efficace que la majorité des autres animaux d’élevage, tout en émettant moins de GES.

Par ailleurs, les déjections d’insectes ont des propriétés fertilisantes pouvant permettre d’optimiser la croissance et de stimuler le système immunitaire des plantes.

Transformer les problèmes en opportunités

Les objectifs de Tricycle sont de:

1) produire des insectes comestibles de grande qualité avec un faible impact environnemental et générer un sous-produit bénéfique aux cultures végétales;
2) concevoir une vitrine technologique démontrant la viabilité d’un nouveau procédé pour la mise en valeur des résidus alimentaires locaux grâce aux insectes au sein d’un élevage urbain à moyenne échelle; et
3) réaliser des recherches sur la lutte au gaspillage alimentaire et les entotechnologies en vue de développer des procédés de valorisation circulaires adaptables à divers contextes.

Notre petite histoire

BromeComposteConcordia

Années 2000

Avant de penser à élever des insectes, Louise et Alexis adoraient s’occuper de la gestion des matières résiduelles organiques par compostage. Tellement, qu’ils ont développé puis implanté des installations de vermicompostage à l’Universtité Concordia puis publié un guide technique de compostage sur site pour les institutions, les commerces et les industries avec le soutien de Recyc-Québec. 

Louise a d’ailleurs réalisé une maîtrise sur le vermicompostage puis un doctorat sur les pratiques de gestion des matières organiques qui permettraient d’atteindre les objectifs de bannissement de l’enfouissement au Québec. 

Par après, tous les deux ont travaillé en consultation afin d’accompagner plusieurs clients dans la gestion de plusieurs centaines de tonnes de matières  résiduelles très diverses. Une expertise qui a menée au développement de Brome Compost dont Alexis fut associé. 

2010 à 2016

Pendant ce temps, Étienne se passionnait d’insectes, tous les types, du scorpion au papillion. Il les élevait déjà depuis plusieurs années et en commercialisait certains.

En 2010, il fonde AnimaNature, une entreprise dédiée à la promotion de l’entomologie et des sciences naturelles au Québec. Il offre des ateliers et organise le Salon des Insectes de Montréal. 

En 2014, il joint l’équipe de la Ferme d’Insectes à Frelishburg pour son expertise en élevage de ténébrions et de grillons pour la consommation humaine. Quelques années plus tard, c’est à Mirdo qu’il prête main forte. 

Il ne faut pas oublier de mentionner que Louise possède également une grande expérience d’élevage d’insectes, que ce soit en tant qu’assistance-entomologiste au Biodôme de Montréal, animatrice scientifique au Jardin Botanique ou pour Papillons en liberté ou finalement en tant que responsable des serres de l’Université Concordia. 

2016 à 2018

En 2016, Louise et son étudiant Médhavi Dussault (Université de Sherbrooke) conduisent un des plus gros sondage jamais réalisé sur la perception et l’ouverture du public à la consommation d’insectes. Avec l’aide de Didier, cet article est soumis quelques années plus tard à la revue Journal of Insects as Food and Feed. 

En 2018, Louise et Didier entreprennent un sondage complémentaire avec le soutien de la Fondation David Suzuki et qui cette fois se réalise au niveau pan-canadien. Les premiers résultats sont présentés lors d’un congrès international à Vancouver en Novembre 2018 et feront l’objet d’une publication scientifique en 2019. 

Projet "Coléopterre"

En 2017, Louise et Didier lancent ensemble un projet afin de réaliser une preuve de concept pour l’établissement d’un modèle fusionnant économie circulaire et agriculture urbaine à l’échelle d’un quartier. La champignonnière Blanc de Gris, située dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, produit des pleurotes gris à partir des résidus d’une microbrasserie et de cafés du même quartier. Les résidus de croissance du champignon (mycélium) sont ensuite gérés par compostage, un processus qui décroit la décroit la valeur de ce sous-produit. L’idée du projet était donc de trouver un mode de surcyclage qui y ajouterait une valeur.

Des tests en laboratoire sur des ténébrions meuniers ont permi de constater qu’une diète à base de ce mycélium permettrait d’améliorer la qualité nutritionnelle des larves.

TriCycle

L’initiative de TriCycle nait donc de cette opportunité d’élever des insectes comestibles:

tout en misant sur une diète optimisée et en symbiose avec un processus d’économie circulaire à l’échelle d’une ville

tout en générant un sous-produit bénéfique aux cultures végétales (frass)

tout en démontrant la viabilité d’un tel procédé de mise en valeur des résidus alimentaires locaux grâce aux insectes

tout en luttant contre le gaspillage alimentaire 

Ami de longue date de Louise et Alexis, Étienne se joint tout logiquement à l’équipe afin d’aider au développement des élevages. Finalement, Guillaume, jeune diplômé de science politique et éternel ami de Didier, s’ajoute à l’équipe afin d’aider aux communications et au marketing. 

Vous voulez en savoir plus sur l'équipe?